Un tsunami numérique révolutionne la santé 


 Internet of Health

1 mars 2018  Xavier Comtesse  Santé Digitale

 

un récit mi-réalité mi-fiction en collaboration avec Daniel Walch, Directeur G.H.O.L

Amazon vient de s’allier en février 2018 avec la banque américaine JPMorgan et le fameux investisseur Warren Buffet (Berkshire Hathaway) pour former l’assureur du futur. Entièrement « Online » et au service du million d’employés de ces trois compagnies, cette nouvelle entité va redessiner complètement le système de Santé aux USA et peut-être dans le reste du monde.

Bon …mais pourquoi affirmer que « l’Internet of Health » , c’est-à-dire que l’internet et le téléphone mobile pourraient être les véhicules privilégiés de ce changement révolutionnaire du système de santé ?

Passons en revue les principaux arguments de cette thèse :

D’abord Amazon a su, en 20 ans, recomposer complètement le paysage du petit commerce (retail) mondial. Plus rien n’est comme avant ni aux USA ni dans le reste du monde. Les grands centres commerciaux s’effondrent, les petits commerçants aussi, les centres des petites villes se vident, l’optimisation fiscale crée des déséquilibres planétaires, Walmart (plus grand chaîne de magasins au monde) s’affole, etc. Et pourtant le e-commerce ne représente aujourd’hui encore que globalement 10% du total du retail. C’est peu mais le e-commerce continue à prendre chaque année de nouvelles parts de marché. Le déséquilibre grandit. Dans le e-Health c’est pareil Amazon est aussi passé à l’offensive avec une proposition de pharmacie en ligne intégrée à ses activités de e-commerce. CVS et les autres chaînes américaines tentent de résister en organisant leur propre offre en e-health. Le train est parti, il ne s’arrêtera plus.

Ensuite, le manque de compétition dans la transparence des prix ouvre, comme ce fut le cas pour le tourisme (avion et hôtel compris), une possibilité immense à des plateformes de comparateur de prix de s’emparer d’une clientèle souvent en désarroi face à la jungle des prix. Une fois de plus la ligne directe avec le consommateur va payer. C’est les intermédiaires qui vont trinquer.

Les pharmas, c’est-à-dire les entreprises productrices de molécules, pourraient à l’avenir conclure des accords de ventes de médicaments sur du long terme avec des groupes d’assurance comme celui qui vient d’être créé par Amazon. En effet, de telles alliances ou propositions de ventes sur du plus long terme permettrait au secteur des pharmas de mieux planifier leurs coûts de recherche et stabiliser un système de découverte/développement de produit de manière moins tendue. Tout le monde aurait à gagner avec un tel nouveau système car les prix des médicaments seraient plus stables et au final moins onéreux.

Ensuite, le nombre de cas d’actes médicaux inutiles (ils représentent environ 20% du total !) pourrait diminuer drastiquement car Internet permettrait d’avoir un dossier médical uniformisé, transparent, interopérable et unique. Cela empêcherait les actes doublés ou inutiles car les informations seraient mieux distribuées et partagées.

Enfin, le patient grâce aux assistants personnels intelligents deviendrait plus conscient et donc mieux armé pour non seulement se maintenir en bonne santé mais également pour traverser des épreuves de maladies ou d’accidents avec un soutien et un suivi très personnalisé.

Et quid de la Suisse ?

Ne pourrait-on pas imaginer une prochaine alliance entre un géant du web (GAFA), une ou deux caisses maladies innovatrices, un réseau de centres de santé (« walk-in clinics » aux USA), un groupe de cliniques privées (il en existe principalement deux en Suisse) et quelques hôpitaux reconnus d’intérêt public à la gestion performante (un tous les 80-100 km pour être à 20-30 minutes en voiture d’un hôpital). Une telle alliance gommerait les logiques cantonales et fédérales actuelles. Elle permettrait rapidement des cotisations inférieures pour les ménages assurés. Seuls les patients nécessitant une prise en charge vraiment universitaire seraient adressés à l’un des cinq CHU (moins de 20% de l’activité des centres universitaires actuels concerne véritablement des patients qui ont besoin d’un plateau médicotechnique universitaire !). Le dossier médical informatisé unique de tous les partenaires de cette alliance serait une version renforcée du dossier médical que nous avons en standard sur nos portables (que nous n’utilisons pas encore…).

Inter-connectivité et agilité conjuguées à l’accomplissement de missions d’intérêt public seraient les valeurs fondamentales d’une telle alliance.

Xavier Comtesse

Dans les années 70/80, Xavier Comtesse est le co-créateur de trois start-ups à Genève: les éditions Zoé, la radio locale Tonic et «Le Concept Moderne». Il est ensuite haut fonctionnaire à Berne auprès du Secrétaire d'État à la Science avant de rejoindre l'Ambassade Suisse à Washington comme diplomate. En 2000, il crée la première Swissnex à Boston puis rejoint le Think Tank «Avenir Suisse» comme Directeur Romand. En 2015 il lance avec quelques experts «HEALTH@LARGE», un nouveau Think Tank sur la santé numérique. Il est mathématicien et docteur en informatique. Il est l'auteur du livre: Santé 4.0 paru récemment aux éditions Georg, Genève

LE TEMPS 1 mars 2018