Unité de médecine des violences

Unité de médecine des violences | UMV

L’Unité de médecine des violences (UMV) organise pour les adultes (dès 16 ans) victimes de violences, une consultation médico-légale où ils peuvent recevoir des soins et des conseils adaptés.


Elle s’adresse à toute personne qui serait victime de violences, qu’elles soient familiales ou qu’elles aient lieu sur le lieu de travail ou sur la voie publique par exemple.

 


 

Nos domaines d’expertise

 

Le but premier de l’Unité de médecine des violences (UMV) est d’aider les victimes en leur offrant un espace sécurisé où elles peuvent recevoir une consultation médico-légale et des conseils.


Dans la lutte contre les violences de toutes sortes, nous proposons également des formations pour les professionnels de la santé et nous développons divers projets de recherche sur la thématique des violences interpersonnelles.


NOUS CONSULTER

Pour accueillir au mieux les personnes victimes de violences, l’UMV est organisée autour de quatre différents lieux de consultation répartis sur le canton de Vaud.

 

Si vous êtes victimes de violences, vous pouvez ainsi vous rendre au CHUV (Lausanne), à l’Hôpital d’Yverdon-les-Bains, à l’Hôpital de Nyon ou à l’Hôpital Riviera-Chablais (site de Rennaz).

 

Pour prendre rendez-vous, il vous suffit de contacter le centre de consultation de votre choix par téléphone au :

 

  • +41 (0)21 314 08 51, Hôpital de Nyon ;
  • +41 (0)21 314 00 60, CHUV ;
  • +41 (0)24 424 42 20, Hôpital d’Yverdon-les-Bains ;
  • +41 (0)58 773 64 77, Hôpital Riviera-Chablais.

 

Nous vous répondons du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 16h, ainsi que les week-ends et les jours fériés de 8h à 12h.

En cas d’urgence ou si vous êtes en danger n’attendez pas et contactez au besoin la police (117) ou une ambulance (144).

POINTS FORTS DU SERVICE

Prise en charge globale

L’Unité de médecine des violences (UMV) vous offre une prise en charge globale afin de vous aider à lutter contre les violences dont vous souffrez.
La consultation est donc d’abord un lieu d’écoute où vous pouvez vous exprimer librement et raconter ce à quoi vous êtes confrontés.

Par ailleurs nos médecins et nos infirmier-ère-s sont formé-e-s pour réaliser des examens cliniques centrés sur les violences vécues. Ils peuvent ainsi produire toute la documentation médico-légale (constat de coups et blessures, photographies de lésions) dont vous aurez besoin pour faire valoir vos droits.

Enfin, nous pouvons vous diriger vers diverses institutions et associations partenaires qui pourront vous aider à trouver des solutions sur le long terme.

 

Confidentialité et gratuité
Au sein de l’UMV, nous pensons que la sécurité et la discrétion sont des éléments essentiels pour que vous vous sentiez en confiance.

La consultation est donc totalement confidentielle. De plus, grâce au financement de l’Etat de Vaud, elle est gratuite pour tous les patient-e-s.

PRISE EN CHARGE COLLABORATIVE

Afin d’aider au mieux les personnes victimes de violence, l’UMV collabore avec de nombreuses institutions et associations qui peuvent vous aider à vous protéger.

 

En fonction de vos besoins, nous pouvons donc vous faire profiter d’un large réseau de partenaires qui sont habitués à traiter les problèmes de violence.

QUESTIONS FRÉQUENTES | FAQ

1. Après avoir été agressé-e, je me suis rendu aux Urgences où l’on m’a dit que je devais consulter l’Unité de médecine des violences (UMV), pourquoi ?
Aux Urgences, les médecins ont réalisé un bilan de vos lésions/blessures avant de vous soigner. Cependant, ils n’ont pas effectué un constat médical des coups et blessures dont vous avez été victime. Pour cela, il faut vous rendre à l’UMV où nos médecins spécialisés réaliseront un constat médical et prendront des photographies de vos lésions/blessures.

 

2. À quoi sert un constat médical ?
Un constat médical vous sera utile si vous souhaitez déposer plainte suite à une agression. Si vous ne désirez pas porter plainte, il peut également être important pour réaliser certaines démarches. Le constat médical se présente sous la forme d’un document réalisé par un médecin ou un-e infirmier-ère et qui détaille les lésions ("bleus", plaies, griffures, ...) dont vous avez été victime suite à votre agression.

 

3. Quel est le délai pour effectuer un constat médical ?
Il n’y a pas de délai pour faire établir un constat médical même s’il est préférable de le réaliser le plus tôt possible. D’ailleurs, l'Unité de médecine des violences collabore avec les Urgences, ce qui lui permet d’être informée des examens et des traitements qui vous ont été prodigués. Nos médecins peuvent ainsi les mentionner par la suite dans le constat médical.

 

4. Est-ce que je dois prendre rendez-vous ?
Oui, il faut prendre rendez-vous avant de venir à l'Unité de médecine des violences. Nous vous fixerons un rendez-vous rapidement, dans les 24 à 48 heures. Vous pouvez prendre contact avec nous par téléphone au :

  • +41 (0)21 314 00 60, CHUV ;
  • +41 (0)24 424 42 20, Hôpital d’Yverdon-les-Bains ;
  • +41 (0)21 314 08 51, Hôpital de Nyon ;
  • +41 (0)58 773 64 77, Hôpital Riviera-Chablais.

Nous vous répondons du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 16h, ainsi que les week-ends et les jours fériés de 8h à 12h.

 

5. Est-ce que la consultation est couverte par mon assurance-accident ?
La consultation à l'Unité de médecine des violences est gratuite et est prise en charge par le canton de Vaud. Il n’y a donc pas besoin de faire intervenir votre assurance-accident pour pouvoir en profiter.

 

6. Je n’habite pas dans le canton de Vaud, est-ce que je peux quand même consulter ?
Oui ! N’importe qui vivant en Suisse peut venir consulter l’Unité de médecine des violences et ce quels que soient sa nationalité ou son statut de séjour.

 

7. Je n’habite pas en Suisse, est-ce que je peux quand même consulter ?
Oui ! Si vous êtes de passage en Suisse et que vous avez été victime de violences, vous pouvez venir consulter l’Unité de médecine des violences.

 

8. Quelle est la durée d’une consultation ?
Une consultation dure en moyenne entre 60 et 90 minutes selon les cas.

EN SAVOIR PLUS