Les rencontres du GHOL | Laëtitia Excoffier, Physiothérapeute

Le GHOL célèbre ses physiothérapeutes en ce mardi 8 septembre ; Journée mondiale de la physiothérapie.
Notre équipe de 16 physiothérapeutes travaille chaque jour, pour aider nos patient-e-s de l’Hôpital de Nyon et de l’Hôpital de Rolle, à améliorer leur qualité de vie.

Nous profitons donc de cette occasion pour vous proposer de découvrir le portrait de l’une des membres de l’équipe, Madame Laëtitia Excoffier.


Laëtitia a intégré l’équipe de physiothérapie de l’Hôpital de Nyon en avril 2020.


Spécialisée dans la physiothérapie de l’adulte, elle assure la prise en charge quotidienne de patient-e-s hospitalisé-e-s et de patient-e-s ambulatoires, venant en consultations externes.

 


Laëtitia Excoffier - 1 - 04.09.20 NB  

 

La relation patient-e, le cœur du métier de physiothérapeute
Laëtitia aborde tout d’abord le sujet de la maîtrise technique que requiert son métier. Ce savoir est évidemment indispensable et fait d’elle une professionnelle qualifiée. Il ne faut pas « avoir peur du contact ». Les soins et les traitements passent en effet par le toucher, il faut avoir conscience de cette proximité permanente de l’autre et être confortable avec son sens tactile.
Toutefois, au-delà de cette facette, elle tient à souligner l’importance que revêt la relation patient-e dans son quotidien. Manipuler, masser ou rééduquer ne sont pas les seuls soins qu’un-e physothérapeute doit être en mesure de prodiguer à ses patient-e-s. Il s’agit avant tout de «s’intéresser » à l’humain comme elle le dit si bien, « écouter avec bienveillance et empathie » ceux qui en ont besoin et « savoir accompagner son patient-e dans une étape parfois difficile de sa vie ».

 

Une fonction qui allie intellect et manuel
Physiothérapeute est un métier complet et diversifié. Plus que la relation patient-e / physiothérapeute, cette fonction présente de nombreuses autres composantes : les consultations, avec un large panel de techniques de traitements, la gestion des dossiers administratifs, l’organisation d’ateliers et de formation patient-e-s.
Le travail se vit en équipe. Des perfectionnements doivent être suivis tout au long de la vie professionnelle du physiothérapeute, afin de maintenir un niveau optimal de qualification, acquérir de nouvelles techniques de soins ou maitriser les outils innovants.

 

Quel parcours ?...
Chaque parcours est unique et personnel. Plusieurs chemins peuvent conduire au métier de physiothérapeute. Laëtitia a, quant à elle, initié une maîtrise en droit et économie avant de prendre la direction de l’école de physiothérapie. Une année en faculté de médecine lui a donné son ticket d’entrée pour débuter son cursus.
Quatre ans plus tard, diplôme obtenu, son intérêt se porte d’abord vers la pratique en cabinet où elle évoluera pendant 10 ans. Elle découvre ensuite la physiothérapie en secteur hospitalier, aux HUG ainsi qu’en clinique privée avant de rejoindre le GHOL.


Un conseil pour toute personne intéressée par le métier de physiothérapeute ?
Rencontrer des professionnels, échanger et découvrir le métier à travers des stages ou journées en immersion… quel que soit votre âge ou votre expérience, qu’il s’agisse d’une reconversion ou d’un parcours éducatif initial, il ne faut pas hésiter à « vivre » l’expérience métier pour en savoir plus et s’assurer que ce choix vous corresponde.

 

 

#MeetUs #WeAreGhol